Pourquoi s’en priver?

Des activités pour tous les goûts!

J’ai toujours été fasciné par la multitude d’activités organisées pour les élèves dans nos écoles. Il y en a pour tous les goûts. Mais malgré tous nos efforts, il y a toujours des élèves qui choisissent de s’en priver. Je me suis toujours demandé pourquoi. Pourquoi lors d’activités spéciales ou de sorties éducatives, certains élèves ne se présentent pas? (Ils oublient parfois de faire signer leur feuille aussi…) Ils préfèrent ne pas s’investir ou s’en priver. Ils préfèrent le confort du statut quo, de l’inaction. Ou peut-être n’ont-ils pas de lien significatif avec un adulte ou des élèves dans l’école… En tout cas, ce sont souvent les élèves qui ne sont pas accrochés par l’école qui choisissent de ne pas participer. C’est quand même curieux, d’autant plus que c’est pour accrocher tous nos élèves qu’on organise ces activités. Quand les élèves reviennent de l’activité, ceux qui n’ont pas participé se rendent compte qu’ils ont raté une autre occasion de se faire des amis, de se développer, de vivre une expérience mémorable. Vivre des expériences. C’est pour ça qu’ils viennent à l’école. Pour vivre. Pour grandir. Pour se développer. C’est leur job (jusqu’à 18 ans en Ontario). Pourquoi s’en priver?

Des activités créées pour par nous!

À l’école, ces occasions, ces expériences sont créées pour nous. Quand on devient adulte, on doit les saisir ou les créer nous-mêmes. Le choix de ne pas saisir ou créer une occasion (p. ex., postuler, aller à une formation, se créer un réseau, partir en affaires, avoir des enfants, se marier) c’est la même chose. Quand on choisit de ne pas passer à l’action, ça crée un écart entre ce que nous pourrions devenir et ce que nous choisissons de demeurer. Les raisons qui nous poussent à ne pas agir peuvent être nombreuses. Selon mon expérience, il y en a 3 principales :

  1. Peur d’échouer
  2. Peur de réussir
  3. Peur de ce que les autres vont dire

C’est personnel. Et ça a des conséquences. John Maxwell affirme : « There is pain in life. The pain of discipline or the pain of regret. You have to decide if you want to pay it upfront. » Pour atteindre nos objectifs personnels, pour se réaliser en tant qu’adulte, il faut agir. La planification à rebours, ça s’applique à notre vie.

There is pain in life. The pain of discipline or the pain of regret. You have to decide if you want to pay it upfront. John C. Maxwell

Leadership personnel, maturité, responsabilité

Au fil du temps, je me rends compte que le leadership, ce n’est pas juste de la théorie pour mon travail. À un moment donné, on atteint un certain niveau de maturité en tant qu’adulte. L’immaturité, c’est le contraire. C’est quand on blâme les autres et des facteurs externes pour nos résultats. On a une liste de choses qui expliquent pourquoi on n’est donc pas où on voudrait être. Hmmmm. L’immaturité. La maturité ne vient pas avec l’âge, malheureusement. La maturité, c’est quand on accepte la responsabilité des résultats qu’on obtient dans notre vie. Il reste une seule chose sur notre liste : soi. C’est une question de leadership personnel. Qui n’a pas déjà entendu l’expression «Il mène une bonne vie.»? Einstein disait : «Once you stop learning, you start dying.» Mener une bonne vie – vivre – c’est apprendre tous les jours. Vivre. Grandir. Se développer. C’est ça, vivre. Ce n’est pas une job. Chose certaine, la vie se passe à l’extérieur de notre zone de confort. Pourquoi s’en priver?

Une profession en mutation sortie éducative…

Vous me voyez venir? Vous l’avez sans doute remarqué mais notre profession est en mutation. C’est big. Or le contexte actuel, on peut le voir un peu comme une activité éducative qu’on organise avec les élèves. Certains choisissent de ne pas participer pour le moment. Ok. Sauf qu’on ne reviendra pas à la même école. On va ailleurs. Et ce ailleurs n’est pas aussi important que ce qu’on va tous devenir en cours de route. C’est ce qu’on devient qui compte. Et on a besoin de tout notre monde pour réussir. Pour devenir, il faut sortir de notre zone de confort. Empathie. Patience. Respect. Mais il faut embarquer. Il faut vivre des expériences, grandir, se développer. Pourquoi s’en priver?

Capture d’écran 2017-10-17 à 11.55.01.png

L’isolement est un choix.

Dans le contexte actuel, en 2017, l’isolement professionnel est désormais un choix qu’on fait. Un choix passif mais un choix. Et le réseau d’apprentissage personnel (RAP) est une occasion, une expérience dont les bienfaits sont incommensurables pour bon nombre de professionnels en éducation. C’est incroyable à quel point on peut grandir, à quel point on peut vivre des expériences d’apprentissage riches, à quel point on rencontre des collègues passionnés. Incroyable. Je vous invite à visiter ces mots-clics, «pour le fun» : #leadped #défi20prof #eduprof #tacedchat #feep #eduqc #pubpd

Je ne connais personne engagé dans un RAP qui n’en retire pas des bienfaits.

Pourquoi s’en priver?

Partager : un devoir moral?

La semaine dernière, je racontais à des collègues le moment où mon premier mentor avait pris sa retraite. Après 30 ans en salle de classe, cet homme, cet enseignant de français que j’admirais tant prenait sa retraite laissant derrière lui quelques reliures, quelques activités pédagogiques. Je disais à mes collègues : «Imaginez s’il avait blogué toute sa carrière. S’il avait rédigé des billets de blogue pour mettre par écrit son évolution en tant que pédagogue. À quel point notre profession serait-elle enrichie de ce bagage?» Et là, on ne parlait que d’une personne. Mais ce n’était pas possible avant. De nos jours oui. Imaginez si tous les enseignants rédigeaient 5 billets de blogue par année, pour garder des traces de leur évolution en tant que pédagogue, pour enrichir notre profession de leurs expériences! Imaginez. Il y a 5 ans, je disais que tous les enseignants devraient avoir un compte Twitter et se créer un RAP. Aujourd’hui, avec les bienfaits et le pouvoir de la production participative (crowdsourcing), je me demande si ce n’est pas devenu un devoir moral envers notre profession que de partager (informellement) nos réflexions, notre cheminement à nos collègues. Je réfléchis. Il y a de plus en plus de gens dans mon réseau qui ont commencé à bloguer. C’est tellement inspirant! Ça m’aide tellement. Je me dis : «Pourquoi s’en priver?».

Parce que tout le monde a quelque chose à contribuer

Enfin, de plus en plus de gens participent à la sortie éducative qu’est ce virage au numérique, ce virage vers l’école repensée. Pour y arriver, on a besoin de tout notre monde. Trop de nos collègues ne sont pas réseautés présentement. Il faut les inviter, dans le respect, à cette sortie éducative collective.

  1. Ce sera bon pour eux.
  2. Ce sera bon pour la profession.

En effet, chers collègues, nous avons besoin de tout notre monde pour réussir à repenser l’école. Tous nos collègues, technos ou non, ont des choses à nous apprendre, à contribuer. On ne peut pas s’en priver.

Sérieusement, cette sortie éducative, pourquoi s’en priver?

Même pas de feuille à faire signer et ça coûte gratuit 😉

Qui sait ce qu’on va devenir…

 

The process of becoming a self-reflective educator – #IMMOOC

Hi everyone, this #IMMOOC is so amazing and powerful. Anyway, here is a blog post i shared back in may. For all of you just starting to blog, this is my journey as a blogger. Hope it helps!

 How my PLN got me started

Capture d’écran 2016-05-27 à 10.05.28.pngAs we strive to improve our teaching strategies, one thing I have learned over the past 5 years is the importance of self-reflection.  I have been inspired by other educators to engage in Twitter chats and build my PLN.  My PLN is ‘responsible’ for about 80% of what i have learned in the past 5 years. A colleague of mine asked me how could that be. I had never really thought of it in that way. Then i realized that my PLN got me thinking, self-reflecting. When we read and share ideas, our brain seems to never stop. When i engage in Twitter chats or with colleagues of my PLN, i’m not thinking about covering or delivering content. I’m only thinking. Exploring new possibilities, new ways of being an effective educator. It’s amazing!

« My PLN is ‘responsible’ for about 80% of what i have learned in the past 5 years. » @bourmu

Blogging is taking me to the next level

I also have a blog since 2012 but i can honestly say that i have only recently embraced blogging as a powerful self-reflection tool. Not because i didn’t believe in blogging, but because i somehow could not write posts on a regular basis. I now realize it wasn’t a time management issue or that i wasn’t fully committed. I am very committed to my own professional development and learning. @gcouros (his blog here) is one of the many educators that have really influenced my thinking. I guess i just needed multiple opportunities to openly reflect, mostly on Twitter (micro-blogging), before i could start sharing my thoughts thru blog posts on a regular basis. My communication and writing skills (i usually write in french) are getting better as well. When i have new ideas, i now can develop or express them in a much more comprehensive way. I guess we could call this growth! Anyways, i feel as though blogging is taking me to the next level as a self-reflective educator. And that’s a good thing, right?

« When i have new ideas, i now can develop or express them in a much more comprehensive way. » @bourmu

 10 + 1 timeless questions to get educators on the self-reflective path

Today, i would like to share the 10 questions i had in mind when i started blogging back in 2012. I think they are timeless. They still are very useful to me. Perhaps they can be useful to other educators as well.

1. What do we want our kids to learn? (Think of the Prensky verb categories, the curriculum, the 3Rs, the 4 or 6Cs, the digital skills, the life and career skills…)

2. What tools might we (teachers and students) use to reach our goals?

3. How will we know the kids are learning? How will the kids know they’re learning? (Where will proof of learning come from? What is sufficient proof of learning?)

4. What feedback will we give? When? How? Why? (Think of John Hattie’s work. Feedback given does not equal feedback received)

5. Are the kids engaged? Intellectually.

6. What is my classroom structure or my pedagogical approach? A Tour de France (a few winners and mostly losers) or a Guided Bike Tour (same destination for all but different paths + everybody gets there) ?

7. Would i attend my own classes?

8. Am i a talent refinery or a talent factory? (Do i only manage the talented kids or can i develop the talents of all my students?)

9. What will i do when the kids don’t learn?

10. What will i do when they already know?

+1. How am i implementing the 8 characteristics  of the Innovator’s Mindset?

What questions would you add to this list?

Please share your thoughts!