Sélectionner une page

« Partager le leadership… De quoi tu parles de? »

On entend de plus en plus parler de l’importance de partager le leadership en éducation. Or le leadership, c’est gris. C’est nébuleux. C’est abstrait. Alors comment faire pour partager quelque chose d’aussi gris, nébuleux ou abstrait? La question se pose. Dans mon coin de pays, on dirait : « Partager le leadership… De quoi tu parles de? ».  C’est une expression qu’on utilise à la blague lorsque les choses ne sont pas claires ou compréhensibles.

Je ne prétends certainement pas avoir la réponse. Je prends ici le temps de mettre par écrit les idées qui me viennent à l’esprit en tentant de répondre à la question du leadership partagé. Je vais essayer d’être concis et cohérent. J’espère que ça puisse enrichir votre point de vue. Et je compte sur vos commentaires pour enrichir le mien. 

Alors, qu’est-ce que le leadership partagé?

Partager le pouvoir?

En début de carrière, je pensais que le leadership était une question de position et de pouvoir. Un leader, ça décide et ça fait ce que ça veut quand ça veut. J’étais (peut-être) naïf mais c’est ce que je croyais. À en juger par les questions et les commentaires qu’on me partage lorsque je suis en conférence, c’est une croyance qui perdure. Pour certains, partager le leadership veut dire partager le pouvoir décisionnel. Combien de gens en éducation voudraient avoir un grand pouvoir décisionnel? Dans cette lignée de pensée, partager le leadership impliquerait de partager (obtenir) le pouvoir. Mais il y a autre chose.

Quelle responsabilité!

Dans le 2e épisode de la saison 4 de mon podcast, Maxine Hill nous rappelait cette citation (de Voltaire ou de l’auteur de Spider Man) qui met les choses en perspective : « With great power comes great responsibility. » Un leader est responsable. Lorsque les choses vont bien, il donne le crédit à son équipe. Lorsque les choses vont mal, il en prend la responsabilité et se demande ce qu’il peut faire pour améliorer les choses. Le rôle de tout leader est de servir les personnes dont il est responsable. C’est-à-dire de les aider à se développer. Pourquoi? Parce que tous les milieux ont un plan d’amélioration (pas de maintien). Et tout s’améliore quand les personnes s’améliorent. Comment peut-on espérer améliorer l’éducation sans améliorer l’efficacité des personnes qui y oeuvrent? Le leadership n’est donc pas un poste d’autorité mais est un poste de responsabilité. Et quelle responsabilité nous avons en éducation! Mais il y a plus.

L’autonomie professionnelle

Plusieurs personnes revendiquent leur autonomie professionnelle. C’est normal. On a besoin de sentir qu’il y a une place pour nous, qu’on n’est pas un simple rouage. Steve Jobs disait dans une entrevue qu’on n’embauche pas des personnes brillantes pour leur dire quoi faire. Il faut les laisser prendre des décisions. Mais l’autonomie, ce n’est pas du n’importe quoi. C’est la marge de manœuvre. Et l’autonomie ne vient jamais seule. Elle vient toujours accompagnée de responsabilités claires. En éducation, notre responsabilité collective est d’amener tous les élèves à réussir. Ça, ce n’est pas facultatif. Ce qui est facultatif, c’est de choisir d’oeuvrer en éducation. Dès qu’on met les pieds en éducation, on met les pieds dans un contexte d’amélioration continue. L’amélioration continue, je le répète, ce n’est pas facultatif. L’autonomie professionnelle, c’est donc la marge de manœuvre qu’on me donne pour m’acquitter de mes responsabilités. Mais ce n’est pas tout.

Soutien et imputabilité

Il faut d’abord comprendre clairement quelles sont ces responsabilités qu’on nous confie et comprendre la marge de manoeuvre dont nous disposons. Ensuite, nous avons (tous) besoin de soutien afin de nous acquitter de nos responsabilités. Comme de rehausser notre pratique en compagnie de nos pairs. On a tous aussi «besoin» d’imputabilité. Cela implique simplement qu’on regarde l’impact et l’efficacité de nos actions une fois de temps en temps afin de répondre à une question remplie de sens : « Est-ce que ce que je fais présentement est efficace ? ». La réalité est qu’on compense en temps ce qu’on n’a pas en compétence (cliquer sur le lien pour lire le billet publié en septembre 2023). Si on me confie des responsabilités, qu’on me donne une marge de manoeuvre afin que je puisse m’y prendre à ma façon, qu’on me donne du soutien et qu’on m’aide à prendre conscience de mon efficacité (qu’on veut croissante vu le contexte d’amélioration continue), et bien je peux me développer en tant que personne, en tant que professionnel de l’éducation. N’est-ce pas ce qu’on fait avec les élèves pour les aider à se développer? Voici l’équation…

Ok mais quel est le lien avec le leadership partagé? 

Partager la responsabilité!

Lorsque le défi est de taille, et Dieu sait qu’il l’est en éducation présentement, il importe de partager le leadership. Partager le leadership, pour moi, c’est partager la responsabilité. Nous sommes tous responsables de la réussite ou non des élèves présentement. Cela ne veut pas dire que c’est à cause de nous si certains élèves progressent moins bien présentement. Ça veut dire que ça peut être grâce à nous si les choses s’améliorent. Lorsqu’on accueille la responsabilité de l’état des lieux en éducation, on accueille aussi tout le pouvoir d’action qui vient avec. Un leader se demande constamment ce qu’il peut faire pour amener les personnes dont il est responsable à faire des progrès constants. Pour moi, et en ce sens, tout le monde est un leader en éducation. Tout le monde est capable d’agir.

Tout le monde est un leader, c’est : 

  • le partage ultime du leadership puisque ça inclut tout le monde;
  • accepter que tout le monde est responsable;
  • reconnaître son pouvoir d’action plutôt que d’envier le pouvoir décisionnel des autres (rester dans sa zone de contrôle);
  • admettre que tout le monde a besoin d’autonomie et de soutien;
  • accueillir le fait que l’imputabilité est nécessaire pour progresser;
  • valoriser l’éducation, un sport d’équipe où les attentes sont élevées. (Je vous invite à regarder la courte vidéo suivante.)
@mariusbourgeoys

#leadped #education #eduqc #coaching #coupeStanley #attentesélevées

♬ son original – Marius Bourgeoys

Répondre à des besoins au-delà des siens

Comme le disait Erik Giasson dans le 1er épisode de la saison 4 de mon podcast : « Contribuer, c’est répondre à des besoins au-delà des siens. » Le leadership, c’est une opportunité de répondre à des besoins au-delà des siens. Et si le leader est centré sur ses propres besoins, il passe inévitablement à côté des opportunités de servir.

Partager le leadership, c’est partager la responsabilité. 

Et partager la responsabilité, c’est servir tous les acteurs en éducation puisqu’en faisant cela, on développe les personnes et on tire profit de tout le potentiel humain qui se trouve dans nos écoles.

C’était mon grain de sel au sujet du leadership partagé.

Merci de vos commentaires!

Boni : J’ai demandé à ChatGPT quelles sont des barrières au partage du leadership. Voici sa réponse.

15 Nov, 2023

Recevoir le blog par courriel

Merci pour votre inscription!

Commentaires

0 commentaires

Laisser un commentaire

Vous pourriez aimer

Leader : un appel à l’Être

Il y a beaucoup de bruit en éducation présentement. C’est parce qu’il y a beaucoup de défis. Au fil de mes...